"Les cicatrices sont des histoires. Une histoire qui s'inscrit dans le corps."

 

Anonyme  

ScarWork ou l’art d’intégrer les cicatrices dans la toile fasciale

"Je n’aime pas regarder ma cicatrice"..."Je ne laisse personne toucher ma cicatrice"... « Cette partie de mon corps m’est étrangère »…."La cicatrice est si vieille; vous ne pouvez rien faire à son sujet »…

 

Il n’est pas toujours facile d’accepter nos cicatrices même si chacune d’elle a son histoire à partager et à aimer !

 

Chaque cicatrice est unique. Quel que soit le moment ou vous décidez de travailler une cicatrice, il est étonnant de voir la capacité de guérison des tissus.

 

La qualité du tissu cicatriciel à la capacité de changer rapidement et facilement. Très vite les adhésions se fluidifient, les irrégularités de la peau s’atténuent et la couleur de la peau s’harmonise. Le travail peut aussi résoudre des dysfonctions nerveuses chroniques persistantes.

 

Le traitement n’est pas douloureux. La qualité du toucher est douce. Les améliorations sont permanentes.

 

Les cicatrices qui peuvent bénéficier de ce travail sont nombreuses : suite à une intervention chirurgicale ou un accouchement par césarienne, une chute à vélo, après avoir enlevé un point de beauté,….

 

 

"Je ne vois pas le tissu cicatriciel comme un matériau supplémentaire dont il faut se débarrasser. La cicatrice est composée de fascia sains qui sont coincés et agglomérés en irrégularités tissulaires. C’est une mine d’or de possibilités et de bonté" (Sharon Wheeler, fondatrice du ScarWork)